> retour au sommaire des ressources documentaires <

LE CIRCEPT OU CONCEPT CIRCULAIRE DE M. FUSTIER



Pierre CÉLIER, Professeur de l'ENSET de Mohammedia
Document mis en ligne le 16/12/2003






PRINCIPE
Issu des techniques de créativité, le CIRCEPT (pour CIRculaire et conCEPT) est un outil développé par le sociologue Michel Fustier pour représenter, sur un même schéma, des associations d'idées ou des jugements formulés spontanément face à un concept.
Dans "L'Inventique" (ouvrage collectif, Entreprise Moderne d'Édition - 1970), Michel Fustier raconte comment est née l'idée du "circept" alors qu'il analysait une cinquantaine d'associations d'idées et d'analogies autour du terme "chef d'entreprise" :
"Les images ont été données en vrac, s'opposant ou s'appelant les unes les autres. Mais, sous cet apparent désordre, se cachait une structure. En effet, d'une part chaque image, ou chaque groupe d'images, était proche d'une image ou d'un autre groupe d'images, et, d'autre part, on pouvait trouver dans la liste fournie des images absolument contraires les unes aux autres. En vertu de ces deux caractéristiques, il était donc possible de ranger ces images autour d'une forme circulaire, chaque point de la figure ayant ainsi des voisinages et des oppositions".
Ceci l'a amené à élaborer une forme de représentation graphique et circulaire (plutôt que littéraire et linéaire) pour rendre compte des différentes tensions ou "images", contenues dans un terme (ici, le mot : "chef d'entreprise"), sachant que ces tensions ne sont pas nécessairement des oppositions (blanc / noir), mais peuvent correspondre à des complémentarités, des nuances le long de chaque axe.



MÉTHODOLOGIE
La construction d'un circept passe par 3 principales étapes :
 Inventaire des évocations ou associations d'idées contenues dans un thème central. L'objectif est d'obtenir une grande quantité d'associations d'idées, même si elles paraissent éloignées du point de départ. Pour ce faire, l'ensemble des techniques classiques d'idéation (brain-storming, synectique, groupe de créativité, etc.) peut être utilisé.
Regroupement des termes obtenus par famille et par liaison : c'est la phase la plus délicate. Il est recommandé de procéder en recopiant les mots sur des bouts de papier et en essayant, comme dans un puzzle, de trouver des liaisons organisées, continues, consécutives ou des oppositions. En pratique, on peut étaler ces papiers sur une table et, par un jeu de déplacements-regroupements, chercher à faire apparaître ces parentés. Suivant les classements retenus les circepts obtenus seront donc différents.
ƒ Élaboration du circept : tracer et donner un nom aux axes structurants, puis positionner les familles constituées le long de ceux-ci en cherchant à respecter les liaisons précédemment mises à jour.
Remarque : Pour (re)trouver une formulation linéaire et rédiger une définition "classique" du concept étudié, il suffit de partir de n'importe quel mot du circept et de construire une phrase, en utilisant successivement les différents termes rencontrés dans un cheminement quelconque (par exemple, dans le sens des aiguilles d'une montre).



CHAMP D'APPLICATION DU CIRCEPT
Le circept peut être utilisé pour présenter le territoire sémantique dans lequel s'inscrit un mot ou un concept. Il permet de rendre compte de la variété de ces perceptions et associations d'idées, en les structurant le long des axes correspondants.
Par extension, on peut également y avoir recours pour donner une représentation synthétique et dynamique d'un projet (économique ou non) qui mette en évidence les différentes dimensions dans lesquelles celui-ci s'inscrit (tout projet vise simultanément plusieurs objectifs, parfois contradictoires, souvent complémentaires). Le circept forme alors une "boussole conceptuelle" qui permet d'orienter la réflexion et de faciliter la décision (chaque décision nouvelle peut être passée au crible du circept, afin de vérifier qu'elle s'inscrit bien dans le projet initial).



EXEMPLES D'UTILISATION
A) Recherche des associations liées au mot "canne" :
Le mot "canne" est défini de la manière suivante dans un dictionnaire : "Tige droite de certaines plantes // pop. Jambe // Objet façonné sur lequel on appuie la main en marchant".
Cette définition objective (centrée sur l'objet) ne recouvre que très partiellement les associations d'idées qui peuvent nous venir à l'esprit lorsque l'on est soumis au stimulus "canne". Ainsi si l'on demande à un groupe de personnes de noter les 5 ou 6 premières idées qui leur apparaissent en entendant le mot canne, on obtient une liste de termes très variés : "bois", "punition", "handicap", "pommeau", "canard", "festival de", "Dominique Strauss-", "déambulation", "vieux", "bâton", "léger", "randonnée", "parapluie",…
En classant les termes ainsi cités, on obtient plusieurs séries de familles, qui peuvent être opposées ou complémentaires. Par exemple, la notion de handicap s'oppose à celle de mouvement, la canne à sucre et le bois renvoient à deux états végétaux ; la cane ou la ville de Cannes appartiennent à une famille d'homonymes, etc.
Le circept permet alors de rendre compte de la variété des perceptions et associations d'idées en structurant les axes correspondants :

(source : "Mettre en forme ses idées : le circept" - E. Carré, in Connaissance & action du 12/03/2001)


Remarque : La "carte mentale" ("mind map") proposé par Tony Buzan est un autre outil qui peut être utilisé pour représenter les associations d'idées qui naissent à l'énoncé d'un mot ou d'un concept.
Selon cet auteur, l'écriture linéaire (depuis le haut jusqu'au bas de la page) ne correspond pas naturellement à notre fonctionnement cérébral (notre cerveau travaillant par enchaînements et intégrations de concepts clés). Il propose donc de placer les idées par ramifications successives à partir d'un thème central.
On place donc, au centre de la feuille, le mot et on écrit, autour, toutes les idées que l'on associe spontanément à celui-ci. Certaines branches peuvent être complétées, d'autres restent en suspens. Des connexions apparaissent (ou non) après coup. Des flèches peuvent figurer des rapprochements possibles… À partir d'un mot central, il est ainsi possible d'explorer "graphiquement" toutes les évocations associées, directement ou indirectement, face au "stimulus" proposé (cf. schéma ci-contre, construit à partir du même terme que précédemment : "canne").


B) Représentation des différentes dimensions d'un projet d'entreprise :
Un groupe de jeunes entrepreneurs est porteur d'un nouveau concept (nouveau produit, site web, émission de radio, etc.). Celui-ci, fruit d'une longue maturation, est complexe… Comment le mettre en forme pour le présenter et convaincre d'éventuels partenaires ?
Les membres du groupe se réunissent, munis de petites fiches cartonnées et de feutres. Chacun rédige sur les fiches disponibles une série de mots-clé qui caractérisent les spécificités du projet économique qu'ils souhaitent réaliser.
Après 20 minutes de rédaction débridée, une centaine de fiches sont étalées sur la table, chacune d'elle contenant un mot écrit en gros caractères.
Ensuite, le groupe peut chercher à regrouper ces fiches selon leurs éventuelles relations (proximité/nuances/opposition). Des familles de mots prennent forme : certaines parentés sont évidentes, d'autres paraissent moins nettes - les familles sont disposées par proximité.
Sur cette base, des termes majeurs peuvent être placés aux points cardinaux, dessinant des axes autour desquels  pourront être placés, de part et d'autre du mot central, l'ensemble des mots trouvés suivant leur degré de proximité ou d'opposition. Les termes ainsi disposés ne sont pas nécessairement contradictoires, mais parfois complémentaires.
Le circept obtenu permettra alors d'identifier les principaux axes structurants du projet et faire apparaître l'ensemble de ses différentes dimensions.


_________________________________________________________________________________________

Sources principales :
- "Mettre en forme ses idées : le circept" - E. Carré, in Connaissance & action, 12/03/2001
- "La P.I.RA.MID.E créative - 5° épisode : méthode d'invention et de découverte" - E. Carré et T. Roques, in Connaissances & Action, 11/09/2000





> retour au sommaire des ressources documentaires <