> retour au sommaire des ressources documentaires <


LE DIAGRAMME DE "CAUSES À EFFET" DE KAORU ISHIKAWA


Pierre CÉLIER, Professeur de l'ENSET de Mohammedia
Document mis en ligne le 01/11/2003




Le professeur Kaoru Ishikawa (1915-1989) est à la base de plusieurs méthodologies de la démarche Qualité.
Président de l'Institut Technologique de Musashi, de 1978 à jusqu'à la fin de sa vie, il est connu pour avoir fait découvrir à l'Europe les "cercles de qualité".
Il est également le créateur du "diagramme causes-effet", encore appelé "diagramme en arêtes de poisson" ("fishbone diagram"). Ce diagramme vise à présenter de façon synthétique et organisée les causes possibles d'un problème en utilisant une représentation graphique (arbre des causes).


PRINCIPE DE BASE :
Le diagramme d'Ishikawa est un outil graphique qui permet d'identifier les causes possibles d'un effet constaté et de les classer par grandes familles afin de déterminer les moyens d'y remédier.


MÉTHODOLOGIE EN 7 ÉTAPES :
 Définir clairement l'effet (le problème) sur lequel on veut agir et vérifier qu'il existe un consensus sur sa définition et ses caractéristiques.
Dresser la liste des causes possibles grâce, par exemple, à la technique du brain-storming
ƒ Détecter les causes dépendant les unes des autres et les regrouper par grandes "familles".
Ishikawa préconise de limiter le nombre de ces dernières. Suivant les auteurs (et le problème à résoudre) le nombre de ces "familles de causes" peut être ainsi être ramené à 4, 5, 6 ou 7 "M" :
1) la Main d'œuvre : compétence des hommes
2) la Matière : matériaux et produits utilisés
3) le Matériel : machines, équipements ou moyens matériels mobilisés
4) les Méthodes : procédures ou modes opératoires utilisés
  + 5) le Milieu : environnement physique (lumière, bruit, poussière, localisation, signalétique, etc.)
  + 6) le Management : organisation, style et méthode de management
      + 7) les Moyens financiers : ressources financières
Variantes anglo-saxonnes : 4 M's for manufacturing (Manpower, Methods, Materials, Machines) - 4 E&P's for administration and services (Equipment, Policies, Procedures, People ) - 4 P's (Place, Procedure, People, Policies) -  4 S's (Surroundings, Suppliers, Systems, Skills) - 5 M&E's (Manpower, Machines, Methods, Materials and Environment).
Dessiner le diagramme en "arêtes de poisson" : une "arête centrale" (la "tête", portée à droite, représentant l'effet, c'est à dire le problème à traiter) sur laquelle viennent se greffer les "arêtes principales" (familles de causes) :
Reprendre la liste des causes et les affecter, une à une, à leur "famille" sur des "arêtes secondaires"
Repérer la ou les causes principalement responsables du problème étudié … Les vérifier.
Déterminer les moyens de remédier à ces causes principales.



INTÉRET ET LIMITES DE LA MÉTHODE
Le champ d'application du diagramme d'Ishikawa est extrêmement vaste. C'est un outil simple et rapide, permettant de visualiser les causes possibles d'un effet constaté et de déterminer les moyens d'y remédier. Il simplifie le travail d'analyse et, donc, facilite et stimule la recherche de solutions.
De plus, la méthode préconisée assure une participation des membres d'un groupe à l'analyse du problème et, donc, limite le risque d'oubli de causes et devrait permettre une meilleure implication et motivation du groupe dans la mise en oeuvre des solutions.
La principale critique formulée à l'égard de cette méthode est qu'elle ne permet pas de représenter les relations logiques pouvant exister entre les différentes causes d'un problème (par exemple la "surchauffe d'un moteur" peut être la conséquence d'une double cause : manque de liquide de refroidissement et lampe témoin défectueuse) et qu'elle ne permet donc pas de juger de la fiabilité d'un système. Pour cette raison, certains praticiens préconisent plutôt une approche sous forme d'un "arbre des erreurs".




> retour au sommaire des ressources documentaires <